Comprendre le statut d'auto entrepreneur

Besoin d’aide ? Contactez le 0751318332

Créé en 2009, de nombreuses personnes peuvent exercer une activité par le biais de ce régime dit “simplifié”. En effet, le statut de l’auto-entrepreneur, ne contraint pas à des formalités complexes, on s’inscrit sur le web, une comptabilité largement facilitée, des charges allégées, qui ne correspondent qu’au chiffre d’affaires réalisé : pas de CA, pas de charge à payer. De quoi donner une vocation de Créateur d’entreprise même aux plus réticents. Cependant, en AE, il existe un plafond de chiffre d’affaires à ne pas dépasser : 32 900€ pour les prestations de services, et 82 200€ en achat, vente.

 

On ne peut déduire aucuns frais de sa comptabilité également. C’est un statut à réserver à ceux qui ont des prétentions modestes en matière de CA, et qui désirent ne pas se compliquer la vie avec des formalités complexes. Ce statut est l’idéal pour tester un marché sans risque, car très peu de paperasse, pas de TVA à facturer, ultra simple à mettre en place, bref, c’est un très bon statut pour mettre le pied à l’étrier de l’entrepreneuriat.  

 

L’auto-entreprise se distingue notamment de l’entreprise individuelle en ce qu’elle permet de bénéficier d’un régime fiscal et social simplifié (régime micro-fiscal et micro social). Elle permet à l’auto-entrepreneur de s’affranchir d’un certain nombre de formalités souvent lourdes administrativement.

Régime micro social de l’auto-entrepreneur :

Le dirigeant de l’auto-entreprise verse ses cotisations sociales tous les mois (ou tous les trimestres selon l’option choisie au démarrage) au prorata du chiffre d’affaires réellement encaissé (et déclaré aux organismes sociaux).

Régime micro fiscal de l’auto-entrepreneur :

fiscalement, l’auto-entrepreneur est soumis au régime de l’impôt sur le revenu, mais son bénéfice imposable est évalué au forfait. Cela signifie qu’il déclare son chiffre d’affaires annuel auprès de l’administration fiscale et celle-ci applique un abattement forfaitaire pour charges professionnelles. Le bénéfice forfaitaire obtenu est réintégré à l’assiette de l’impôt sur le revenu de l’auto-entrepreneur :

  • dans la catégorie micro-BIC (Bénéfice Industriels et Commerciaux), pour les activités commerciales, industrielles, artisanales ou de prestation de services, ou dans la catégorie micro-BNC (Bénéfices Non Commerciaux), pour les activités libérales.

L’abattement forfaitaire est égal à :

  • 71% du chiffre d’affaires annuel pour une activité commerciale (BIC)
  • 50% du chiffre d’affaires annuel pour une activité artisanale ou de prestation de services (BIC)
  • 34% du chiffre d’affaires annuel pour une activité libérale (BNC)
bureua avec calculette et tax

Yannis B Issogui  Fondateur de LegaBase

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Besoin d’aide ? Contactez le 0751318332